Ainsi va la vie

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DRUGSTORE

Genre :

Chronique sociale

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782356260895

Résumé de l'album Ainsi va la vie


Comme chaque année à la même date, François, la trentaine bien marquée, a l'humeur joyeuse puisqu'il a rendez-vous avec ses anciens potes. En attendant les retrouvailles, il se laisse bercer par les tendres souvenirs des années passées durant lesquelles, avec Stéphane, Laurent, Sophie, Natacha et Jean-Edouard, ils ont partagé de nombreux moments faits de jubilation, d'extase, de complicité, d'espoir, mais aussi de coups de gueule, de dérives, de désillusions et de drames. Et oui, c'est ainsi que va la vie !

 

Par Phibes, le 02/04/2010

Notre avis sur l'album Ainsi va la vie


A peine son excellent policier historique Aspic, détectives de l'étrange chez Soleil montre-t-il le bout de son nez que Thierry Gloris refait parler de lui par l'intermédiaire de ce nouvel ouvrage paru chez Drugstore. Cette fois-ci, cet auteur touche-à-tout, a opté pour une histoire contemporaine dans laquelle il met en balance la destinée d'un groupe de six individus aux parcours totalement différents mais partageant une amitié commune.


Calé sur des existences qui pourraient être celles de monsieur ou madame tout le monde, le scénariste nous entraîne dans une sorte de chassé-croisé d'époques dans lesquelles évolue le fameux sextet. Ainsi, si le récit débute au temps présent, il bascule rapidement dans un passé proche (un mois avant le rendez-vous avec François) et vient par ce biais expliciter le statut social de chaque protagoniste. C'est à partir du deuxième chapitre que l'introspection dans le passé se fait plus lointaine et dresse la base des liens qui unissent les six personnages.


François, Stéphane, Laurent, Sophie, Natacha et Jean-Edouard dévoilent chacun caractère et cursus subtilement travaillés. Thierry Gloris nous intéresse, au gré d'une évocation naturelle non linéaire et fougueuse, à leurs vicissitudes, leurs manières d'appréhender au jour le jour leur destin. Le parcours multiple du groupe, le brassage existentiel auquel ils sont soumis, n'est pas sans raviver des souvenirs d'une jeunesse, que nous, lecteur, avons pu vivre, à la fois dorée, nimbée d'insouciance et d'utopie. L'auteur parvient, grâce à cela, à nous captiver.


Toutefois, cette évocation n'est pas toute rose puisqu'il y introduit progressivement un drame, par dose homéopathique, poussant le lecteur à s'interroger sur la façon dont certains ont vu leur vie changer radicalement (Jean-Edouard par exemple). Leur déviance voire la descente aux enfers, sera bien sûr précisée, ainsi que ce curieux rituel auxquels les six copains s'adonnent chaque année, qui, imparablement, à la fin de l'album, tombera comme un couperet nous laissant dans un silence évocateur.


Signant semble-t-il son premier ouvrage, Frédéric Charve réussit sans nul doute son entrée dans le monde de la bande dessinée. En effet, son dessin possède un attrait remarquable quant à la représentation de ses personnages à travers les ages et de ses nombreux décors intérieurs et extérieurs. A ce titre, on appréciera la vigueur de son trait, on s'intéressera sans retenue à cette recherche d'un réalisme sans fioriture qui porte bien ses fruits et à la colorisation généreuse de Joelle Comtois qui complète avec justesse le travail du dessinateur.


Un très bon moment de lecture à la saveur acidulée.

 

Par , le

Nos interviews liées

Souvenirs d'un Elficologe par Thierry Gloris, scénariste.

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce début d’année 2009 est très chargé pour toi. : en janvier, Saint-Germain (chez glénat), en février le troisième et dernier tome du Codex Angelique puis, pour le mois de marc , Souvenirs d’un elficologue chez Soleil. Les hasards du calendrier, me diras tu. Mais intéressons nous donc à Souvenirs d’un elficologue, ta nouvelle série chez Soleil Celtic. Peux-tu nous en faire un pitch rapide ? Nous presenter le départ de cette série ?
Thierry Gloris : Le monde celtique et ses légendes n’est guère accessible pour le non initié : Korrigans, ondine, feys, cromlech… Tout un univers à apprivoiser si l’on n’est pas né dedans. Il n’existe pas de bible, ni de dogmes prédéfinis. Le « celtisme » forme un corpus disparate formé de bribes d’anciens poèmes épiques chantés et d’ajouts plus ou moins heureux issus des contes retransmis oralement lors des veillées des siècles passés [...]

Lire la suite ›

Les secrets de Saint-Germain

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce mois de janvier 2009 voit apparaître un nouvel héros et une nouvelle série dans le monde de la bande dessinée : Saint-Germain. Œuvre qui se situe sous le règne de Louis XV. Peux tu nous présenter ce nouveau héros ? Ainsi que ses compagnons ?
Thierry Gloris : Maximilien Dubet de Mondou, dit « Le comte de Saint Germain » est un personnage ambigu, qui travaille en tant qu’agent secret pour Louis XV mais poursuit simultanément ses propres objectifs. Ses origines sont nébuleuses, ses motivations mystérieuses. Ceci étant dit, il est un archétype du héros positif et pragmatique. Jamais pris à court d’humour, il préfère rire de la mort plutôt que de la craindre. Nous verrons au fur et à mesure des épisodes qu’un tel tempérament n’est pas inné mais s’est construit sur de nombreux drames personnels [...]

Lire la suite ›

Thierry GLORIS & Mikael BOURGOIN pour Le Codex Angélique tome 2

SCENEARIO : Bonjour Thierry. Bonjour Mikaël 
Pouvez-vous faire une présentation de Thierry Gloris et de Mikaël Bourgoin pour les internautes : sur votre parcours avant la publication de votre première BD Le Codex Angélique ?

Thierry Gloris : J’ai commencé par des études d’histoire que j’ai poussées jusqu’au DEA, puis je suis passé par une licence de communication. Avant de me lancer sur la voie logique du CAPES pour devenir professeur, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire et je me suis rendu compte que ce qui m’importait le plus n’était pas l’histoire mais raconter DES histoires. J’ai alors commencé, avec un ami qui faisait les Beaux-Arts, à monter des projets pour l’édition. J’ai progressivement rencontré de nouvelles personnes (professionnels, dessinateurs amateurs, éditeurs…) qui m’ont orienté, critiqué, et j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin car le chemin allait être long avant de décrocher le saint Graal du premier contrat [...]

Lire la suite ›