AGENCE HARDY #3 Le poison rouge

voir la série AGENCE HARDY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Policier

Suspense

Sortie :
ISBN : 2205054236

Résumé de l'album Le poison rouge

Paris, 1955.
La belle détective Edith Hardy continue son enquête et découvre que le jeune savant Antoine Dubreuil s'est réfugié vers Moscou... aidé par divers services secrets, par son assistant Vittorio, elle va tenter de le rejoindre et de le ramener en France.

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Le poison rouge

C'est étrange, car si on lit les communiqués de presse on apprend que cette série est en passe de devenir une référence, un chef d'œuvre... Et dès les premières pages on est dépité... Non pas que ça n'ait aucune qualité, bien au contraire, mais c'est aussi très vieillot comme histoire, comme ton, comme ambiance, et, ensuite, tout se passe trop facilement, c'en est navrant. Edith Hardy n'a aucun effort à faire pour que tout lui tombe dans la bouche. Je me suis alors demandé : en quoi cela pouvait il être une référence ? Certes Christin est un scénariste qui connait très très bien son boulot, certes c'est rondement mené, efficace et documenté, mais, comme je le dis plus haut, il n'y a ancune surprise... "Tu vas là, tu dit telle phrase de code, tu vas chercher le gars et tu reviens..." et tout se passe comme prévu... A peine une légère anicroche trop vite réglée !
Bon, si vous aimez les polars ultra-classiques, les blondes vaporeuses... Vous devrez aisemment trouver votre bonheur avec "L'agence Hardy" !
Pour ce qui est des dessins, c'est dans le même ton, très classiques, très figés, mais ils dégagent quand même un certain charme qui permet vraiment de se couler assez agréablement dans cet album !
Alors, trop "vieillot" ? trop classique ? Cet album conclue le premier "arc" de cette série, l'occasion de lire l'ensemble d'une traite...
Bonne lecture !

Par , le

Les albums de la série AGENCE HARDY

Nos interviews liées

Entretien avec Pierre CHRISTIN

Public : Vous êtes scénariste, quels conseils donneriez-vous à ceux d’entre-nous qui souhaiteraient se lancer dans ce métier ?
Pierre CHRISTIN :
A l’époque où j’ai débuté, dans les années soixante, on devenait scénariste un peu par hasard. Il s’agissait essentiellement de travaux pour les magazines destinés à la jeunesse.
Je suis donc rentré dans la BD par effraction. En voyage aux USA avec mon ami Jean-Caude Mézières, on n’avait plus un sous pour se payer le voyage retour. Suite aux conseils d’un ami, Jean Giraud (alias Moëbius), j’ai commencé à envoyer des histoires à un certain Goscinny pour le magazine Pilote. Il s’agissait avant tout de boucler les histoires, des premières idées jusqu’à la publication, dans la semaine. Il fallait aller rapidement, sans forcément connaître le dessinateur auquel serait attribuée l’histoire [...]

Lire la suite ›