AGENCE HARDY #4 Balieue blanche, banlieue rouge

voir la série AGENCE HARDY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Thriller

Sortie :
ISBN : 2205056298

Résumé de l'album Balieue blanche, banlieue rouge

Les plans et la maquette d'un prototype de voiture révolutionnaire ont été dérobés dans les usines de la régie Renault à Billancourt. Edith Hardy est donc engagée pour tirer cette histoire au clair. Entrant de plein fouet dans ces intrigues industrielles Adith et Victor vont très rapidement se rencontre que la guerre des classes n'est pas seulement une réalité de feuilleton...

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Balieue blanche, banlieue rouge

la série "Agence Hardy" est une série plan plan très agréable à lire mais qui ne semble jamais vraiment se décider à décoller, l'enquête traîne en longueur et progresse par petits bonds, petites révélations impromptues, vers une résolution très amenée et classique.
Alors oui, Christin est un scénariste renommé, maîtrisant parfaitement son boulot mais il a semble t-il perdu de son souffle et de son naturel, le tout accentué par le dessin quelque peu rigide de Goetzinger qui gomme toute expression des visages de ses personnages.
Etrange donc que cette série se lise bien, peut-être est ce du au charme de l'époque, ceux de l'héroïne aussi, puis suivre une petite enquête c'est sympa, pas difficile à suivre.
Alors, pour les moments de tranquillité...

Par , le

Les albums de la série AGENCE HARDY

Nos interviews liées

Entretien avec Pierre CHRISTIN

Public : Vous êtes scénariste, quels conseils donneriez-vous à ceux d’entre-nous qui souhaiteraient se lancer dans ce métier ?
Pierre CHRISTIN :
A l’époque où j’ai débuté, dans les années soixante, on devenait scénariste un peu par hasard. Il s’agissait essentiellement de travaux pour les magazines destinés à la jeunesse.
Je suis donc rentré dans la BD par effraction. En voyage aux USA avec mon ami Jean-Caude Mézières, on n’avait plus un sous pour se payer le voyage retour. Suite aux conseils d’un ami, Jean Giraud (alias Moëbius), j’ai commencé à envoyer des histoires à un certain Goscinny pour le magazine Pilote. Il s’agissait avant tout de boucler les histoires, des premières idées jusqu’à la publication, dans la semaine. Il fallait aller rapidement, sans forcément connaître le dessinateur auquel serait attribuée l’histoire [...]

Lire la suite ›