ABRAXAS #2 Le rideau gris

voir la série ABRAXAS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Conquistador

Genre :

Fantastique

Sortie :
ISBN : 2840555360

Résumé de l'album Le rideau gris

Saturnin a pris un énorme risque en entrant dans le manoir du magicien Mordhom ; celui qui commande aux citrouilles semble avoir de bien sinistres projets. Son association avec Amphytrias, le maître absolu des morts et des esprits, montre sa soif de vie humaine.
Dans les sombres couloirs, Saturnin fait en outre une étrange rencontre : une très belle jeune fille semble le reconnaître et vouloir le protéger.
De combat de citrouilles en purées de cucurbites, de séduisantes jeune femme flottant dans les airs en affligeants cerbères, d'enquête policière en quête de sa mère, Saturnin va vivre une formidable aventure.

Par Valérie, le NC

Notre avis sur l'album Le rideau gris

Suite et fin d'Abraxas et comme c'est dommage ! La facilité aurait pu être de poursuivre l'exploration de ce monde original, plein de surprise, si riche.
Et pourtant, Alfred et Corbeyran semblent s'amuser. Leur monde est unique et drôle, mystérieux et émouvant, surprenant et apaisant, sombre et loufoque (cf la planche 24 : la visite du cimetière avec les tombes des Dupont(d), de Jack et Alfred!!)
Pour les fans de Tim Burton, des Monthy Python, ou simplement pour tous ceux qui veulent lire une excellent BD. Bravo aux auteurs : un de mes plus grands coup de coeur !

Par , le

Déjà la fin ... Mais comme tout conte, il faut finir en beauté, avec poésie, drame et comique. Avec allure et panache en résumé. Et de ce point de vue là, pas de regrets, ce fut bien équilibré, l'intrigue bien agencée, et ces deux tomes superbes. Ils viennent d'arriver dans ma bibliothèque, et y resteront, car ils le valent bien.
Si vous êtes rebutés par les dessins, osez vous aventurer plus avant dans cette bande dessinée superbe, elle vous rendra un joli conte, acide et sucré, qui vous ravira !!!

Par , le

Alors voila la fin de cette série en deux albums. Le dessin d'Alfred se précise et prend de très belles formes, les ambiances décrites sont très intéressantes même si je ne parviens toujours pas à entrer dans cette histoire décidemment très fouillie !
Corbeyran a construit un univers très intéressant, mais il surcharge l'ensemble qui devient une sorte de caricature de "l'étrange Noel de Mr jack".
mais bon j'ai quand même beaucoup apprécié cette lecture très prenante. Vous voulez passer une bonne soirée sympa, je vous conseille donc ces deux albums assez agréable à lire !

Par , le

Les albums de la série ABRAXAS

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›