ABELARD #2 Une brève histoire de poussière et de cendre

voir la série ABELARD
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Poésie

Récit de voyage

Sortie :
ISBN : 9782505011392

Résumé de l'album Une brève histoire de poussière et de cendre

Abélard, accompagné par Gaston, va donc finir par s'embarquer pour l'Amérique, mais très vite la réalité va rattraper ses rêves et le petit poussin ca commencer par déchanter...

Par Fredgri, le 11/09/2011

Notre avis sur l'album Une brève histoire de poussière et de cendre

Bon, je suis assez mitigé avec cette deuxième et dernière partie ! Autant j'apprécie les moments ou l'atmosphère tend vers une certaine naïveté poétique, autant je trouve que la confrontation de ce regard avec la réalité plus dure, plus désenchantée et cruelle fonctionne moyennement. Parce qu'à la finale, on ne sait plus trop sur quel pied danser, quel est le véritable propos de Abélard ?

D'une part, on a un petit héros, complètement décalé vis à vis de la réalité, bercé d'idéaux naïfs, qui rêve de partir cueillir un bouquet d'étoile pour offrir à la belle qu'il aime. Sa vie est rythmée par les petits messages qu'il trouve chaque matin dans son chapeau. Ces messages sont en fait une succession de petites citations, de lieux communs tels que "Si deux hommes ont la même opinion, l'un d'eux est de trop", "Écris tes blessure dans le sable, graves tes joies dans la pierre" etc. Abélard évolue donc dans un univers intime pétri de petits principes moraux plein de clichés nobles, mais qu'il ne sait pas forcément appliquer à sa propre vie, qu'il n'arrive pas à interpréter.

En contre partie, le monde ou s'aventure Abélard est un monde sans pitié, cruel, qui ne lui donne aucune réelle occasion de s'épanouir dans ses principes, ni même de jauger la justesse des dictons qu'il lit chaque jour. A-t il réellement l'opportunité de réaliser ses rêves ? Dès le début, le jeu est pipé, chaque pas qu'il va dorénavant faire va le confronter à la négation de ses espérances, à l'évidence de ses illusions.

Et ce deuxième tome enfonce bien plus le clou que dans le précédent volume. Ici, rien ne lui est épargné, et ça n'est pas vraiment l'aide de son ami Gaston qui va changer grand chose. Progressivement, son périple devient un calvaire, il n'a aucune prise sur le monde qui l'entoure tandis qu'il se trouve frappé de tout les côtés, tant par les poings, les injures, la maladie, la haine que par l'inexorable fatalité qui s'abat sur tout, sans aucune voie pour s'échapper !
Abélard n'est définitivement pas adapté à cette vie et il va devoir comprendre cette leçon coute que coute.

C'est à ce niveau là que le "discours" est ambigüe. Quelle leçon doit on tirer de cette aventure ? Que le monde est trop cruel pour qu'il y ai encore de la place pour les idéaux, les rêves ? Que ces rêves n'ont aucune portée sur ce monde sans âme ?

Bref, une histoire très sombre et désillusionnée qui tranche avec le traitement faussement naïf et poétique. D'ailleurs cet aspect "poétique", voir même quelque peu "philosophique" est de moins en moins appuyé tant le ton est forcé, tant le cadre ne présente plus trop d'échappatoire.

Donc, en effet, en refermant la dernière page je reste mitigé. J'ai assez accroché au graphisme, mais le fond du récit me laisse perplexe !

Par , le

Les albums de la série ABELARD

Nos interviews liées

Interview Régis HAUTIERE pour Aquablue

Sceneario.com : En ce mois de novembre, sort le 12ème épisode d’Aquablue. Ce dernier signe un changement radical au niveau de la direction des opérations puisque vous voilà en tant que scénariste d’une nouvelle épopée futuriste. Comment vous êtes-vous lancé dans cette aventure ? Pourquoi cette participation ? Peut-on dire que l’équipe première était "essoufflée" ?
Régis HAUTIERE: C'est Guy Delcourt qui m'a contacté pour me proposer de reprendre le scénario de la série, suite au désir manifesté par Thierry Cailleteau de passer la main. J'ai accepté très rapidement parce qu'Aquablue était une série que j'aimais beaucoup et à laquelle j'avais l'impression (peut-être illusoire...) de pouvoir apporter quelque chose. En ce qui concerne les créateurs de la série, je ne pense pas qu'on puisse parler d'essoufflement [...]

Lire la suite ›

Arnaud DILLIES

Sceneario.com : Tu as déjà plusieurs albums à ton actif… tous chez Paquet. Comment es-tu arrivé à la BD, et chez Paquet ?
Renaud DILLIES : Comme beaucoup, déjà tout petit j’étais fasciné par le dessin et la BD. J’en ai lu depuis tout petit, et j’en lis toujours. Un jour, en rencontrant un ami qui avait envie de faire de la BD, je me suis dit qu’en fait, oui, ça pouvait être un métier, et depuis j’ai tout fait pour en faire. Pour mon arrivée chez Paquet, j’avais fait Betty Blues entièrement chez moi. J’avais envoyé de nombreux projets chez d’autres éditeurs, et j’ai fait de nombreuses collaborations, mais j’arrivais avec des projets un peu dénaturés, c’est-à-dire avec des scénarii ou des dessins qui n’allaient pas forcément. Je me suis donc mis à faire Betty Blues tout seul, égoïstement, et un jour des amis m’ont dit qu’il fallait vraiment que je l’envoie [...]

Lire la suite ›

Interview Régis HAUTIERE

Sceneario.com
Bonjour Régis, pour les lecteurs de Sceneario.com qui ne te connaissent pas peux-tu décrire ton parcours ?

Régis Hautière (R.H.): Pour ce qui est du parcours universitaire, j'ai fait de la philo et un peu d'histoire, ainsi qu'un troisième cycle en ingénierie de la connaissance. Pour le reste, j'ai travaillé une dizaine d'années pour une association avant de commencer à vivre de la bande dessinée.

Sceneario.com
Comment s’est effectuée ta rencontre avec Romain Hugault

R.H.
Pour la petite histoire, Romain a d'abord rencontré Fraco (avec qui je travaille sur Dog Fights) sur Internet. Sur un site de fondus d'aviation et de simulation. Comme tous les deux cherchaient à faire de la bande dessinée, ils ont tout naturellement sympathisé et commencé à s'envoyer des extraits de leurs projets respectifs. Fraco m'a montré les planches de Romain et je lui ai dit ce que je pensais (ça devait être des trucs très positifs, du genre : "C'est nul [...]

Lire la suite ›