Le chien des Baskerville

Dessinateur :


Scénaristes :



Éditions :

AKILEOS

Genre :

Adaptation

Polar

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782355740688
  • Résumé & Chronique
  • Donner votre avis

Londres, 1889. Sherlock Holmes reçoit la visite du docteur Mortimer, qui arrive tout droit de la campagne du Devonshire, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Il était l’ami et le médecin de Sir Charles Baskerville. Mais ce dernier est mort dans d’étranges circonstances. Il a eu une crise cardiaque alors qu’il se promenait le soir au fond de sa propriété, aux abords de la lande. Un lieu qu’il évitait pourtant depuis un certain temps, hanté par la peur d’une malédiction familiale.

Selon la légende, au XVIIIe siècle un ancêtre des Baskerville, réputé pour sa cruauté, serait mort égorgé par un énorme chien sorti tout droit des enfers. Depuis, ce chien aurait été le tourment de la famille.

Le docteur Mortimer explique alors sa présence chez le plus célèbre détective du royaume. A une vingtaine de mètres du corps de Sir Charles Baskerville, le médecin a découvert les empreintes de ce qui semble être un énorme chien. Perplexe et inquiet, il demande l’aide de Sherlock Holmes, d’autant que l’unique héritier, Sir Henry Baskerville, va arriver et que le docteur Mortimer craint déjà pour sa vie.

Le lendemain, un événement va confirmer ces craintes. A peine arrivé, Sir Henry reçoit, dans l’hôtel londonien où il fait étape, une lettre anonyme. Celle-ci ne contient qu’une seule phrase : “Si vous tenez à votre vie et à votre raison, tenez-vous à l’écart de la lande.”

Sherlock Holmes, retenu par des affaires urgentes dans la capitale, demande à Sir Henry d’accepter que le docteur Watson l’accompagne dans le Devonshire. Il a pour consigne de ne le quitter sous aucun prétexte tant que l’affaire ne sera pas élucidée. Holmes confie à Watson ses inquiétudes et lui demande de faire attention car la mission pourrait s’avérer fort dangereuse.

Par Legoffe, le 12/06/2010

Culbard et Edginton nous proposent l’adaptation en bande dessinée de l’une des plus célèbres enquêtes de Sherlock Holmes, Le chien des Baskerville. De quoi mettre l’eau à la bouche de bien des lecteurs tant le roman était réussi et passionnant. Il m’avait particulièrement marqué de par son ambiance sombre et très inquiétante, teintée même de fantastique, ce qui en faisait un épisode à part dans la série des aventures du célèbre détective.

Précisons, d’ailleurs, que ce roman fut écrit par Conan Doyle plusieurs années après ....... que l’auteur ait déjà raconté la mort du détective. Il a fini par relancer les affaires de son héros, plébiscité par le public, expliquant que l’affaire du chien avait eu lieu plusieurs années avant le décès de Holmes.

Mais revenons à cette adaptation. Je ne vous cacherai pas que j’ai eu une première déception en découvrant le style graphique choisi par les auteurs. La ligne claire n’est pas, en effet, le genre pour lequel j’aurais opté naturellement au regard du thème du livre. Le roman joue beaucoup sur l’ambiance inquiétante de cette lande et de ce manoir, où l’austérité n’a d’égal que l’isolement des lieux. Le dessin ne retranscrit pas vraiment cela même si le coup de crayon est réussi. Je ne mets vraiment pas en doute le talent de Culbard, mais plutôt le choix stylistique qui ne colle pas forcément avec les effets recherchés. Néanmoins, les planches sont jolies et plaisantes à regarder.

On rentre donc malgré tout dans l’enquête, à la poursuite du terrible chien qui rôde sur la lande. Une lecture assez prenante. Il faut dire que le mystère est alléchant et que l’imagination de Conan Doyle laisse rarement indifférente. En d’autres termes, les auteurs de la BD avaient là matière à un excellent polar.

Pourtant, outre le choix graphique discutable, les auteurs ont aussi péché par un rythme mal maîtrisé. Certains éléments majeurs de l’enquête tombent sans réellement exploiter le suspense. Toute l’attente, tout le mystère qui entoure le manoir, la lande, les voisins, s’évaporent grandement dans la bande dessinée. Si elle conserve l’essentiel, elle ne ménage pas suffisamment ses effets pour saisir le lecteur. La peur, l’inquiétude sombre des personnages, ne demeurent que partielles.

Dès lors, nous avons en mains un polar tout à fait honnête, qui se lit avec plaisir, mais qui est bien en dessous de l’oeuvre d’origine. Bref, si vous voulez vivre l’enquête la plus angoissante de Holmes dans toute son intensité, le roman reste la meilleure option. Pour la bande dessinée, il faudra attendre une adaptation plus inspirée...

Par , le

A voir aussi...

Entretien avec Ian Culbard

Sceneario.com : Bonjour Ian, Les éditions Akileos viennent de publier la traduction de votre dernier album, Les Montagnes Hallucinées d'après H.P. Lovecraft, pourquoi ce choix d'un auteur à la lecture parfois un peu difficile?
Ian CULBARD : De mon point de vue, tout a commencé par l’opportunité de pouvoir dessiner l’indicible. J’ai toujours été un fan de Lovecraft, depuis que, petit garçon, je suis tombé sur son travail pour la première fois, à travers un jeu de rôle, L’appel de Cthulhu. J’aime aussi beaucoup l’histoire de The Endurance, le récit de l’expédition maudite d’Ernest Shackleton dans l’Antarctique. Ainsi, l’idée de dessiner une expédition dans l’Antarctique avait pour moi beaucoup d’attrait.
Sceneario.com : Comment vous êtes vous approprié la nouvelle de Lovecraft?
Ian CULBARD : Pendant que je dessinais Sherlock Holmes : Le Signe des Quatre, j’écoutais des enregistrements des Montagnes Hallucinées [...]

Lire la suite ›

Vous aimerez également