20 000 SIÈCLES SOUS LES MERS #2 Le repaire de Cthulhu

voir la série 20 000 SIÈCLES SOUS LES MERS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

1800

Genre :

Adaptation

Aventure

Fantastique

Historique

Sortie :
ISBN : 9782302018334

Résumé de l'album Le repaire de Cthulhu


Après leur périple sous-marin, le Capitaine Nemo, le professeur d'histoire naturelle Aronnax et la journaliste Amélie Dupin, ont accompagné le scientifique Wendell jusqu'à son laboratoire de l'université de Miskatonic. En ces lieux particulièrement intrigants, ils se préparent à ouvrir l'étrange boîte qu'ils ont repêchée et déclenchent une interférence électrique qui touche sévèrement le Capitaine Nemo. A la suite de la réanimation de ce dernier, la caisse est enfin ouverte et dévoile son contenu, à savoir une sculpture monstrueuse qui se révèle être la clé du sanctuaire de Cthulhu situé dans l'île engloutie de R'lyeh. Compte tenu de la menace que représente ce dieu ancien malfaisant sur l'humanité et sur Nemo en particulier, Wendell en profite pour neutraliser la fameuse clé et engage ses équipiers dans une nouvelle odyssée sous-marine dans le but de la détruire. Mais la partie engagée est loin d'être une promenade de santé si bien que leur périple va connaître de nombreux déboires, en commençant par l'intervention inopportune des hommes-poissons des profondeurs.


 

Par Phibes, le 16/03/2012

Notre avis sur l'album Le repaire de Cthulhu


Le curieux mélange littéraire issu des univers de Jules Verne et de Howard Phillips Lovecraft fait plus que jamais partie intégrante de cette deuxième et ultime partie d'aventure concoctée par un Richard D. Nolane fortement inspiré par ces derniers. Nous retrouvons donc la sémillante équipe qui nous a fait vivre un premier volet fait de péripéties intrigantes, promise maintenant à une chasse pour le moins démesurée contre un dieu ancestral mauvais.


Cet opus conserve son intérêt par le fait que bien sûr, l'on retrouve l'atmosphère mêlée d'anticipation et d'horreur qu'ont su distiller avec créativité Verne et Lovecraft, dans une mixité originale et emplie de moments forts. Il nous entraîne dans une expédition qui se veut animée, dotée de rebondissements, de rencontres hors normes, suscitant incontestablement de bonnes surprises et quelques drames. Aussi, par cette volonté scénaristique qui se joue du surnaturel, le lecteur ne peut qu'être tenu en haleine.


Par ailleurs, l'épisode vient apporter, via le scientifique défiguré, les réponses aux questions soulevées dans le premier tome, eu égard aux hommes mutants, à l'origine des terribles cauchemars de Nemo, à l'implication du professeur Wendel, à l'identification de la sculpture Tengaï-Koh et à la découverte du fameux Cthulhu. A ce titre, Richard D. Nolane mène son récit astucieusement en usant de clins d'œil avertis aux œuvres originales, tout en faisant appel à des bases historiques bien disséminées et à un suspense bien entretenu jusqu'au final tout en démesure.


Le dessin de Patrick Dumas possède une prestance certaine et démontre ainsi que cet auteur sait travailler un réalisme très rigoureux. Cette deuxième partie reste d'une grande qualité évocatrice, que ce soit dans les décors, les monstres, les personnages et surtout dans la représentation du Nautilus, doté d'une architecture à la fois rustique et avant-gardiste.


Une fin de diptyque toute en démesure et en mixité, bien agréable à lire, que les friands des ambiances à la Verne et à la Lovecraft adopteront sans aucun doute.


 

Par , le

Les albums de la série 20 000 SIÈCLES SOUS LES MERS

Nos interviews liées

Quand Patrick Dumas jette un oeil sur Shiva...

Sceneario.com : Ta première bande dessinée publiée est "La planète des robots" dans Falatoff en 1970 ; tu avais alors 17 ans... Est-ce exact? Des souvenirs de cette première expérience? Patrick A. Dumas : C'est exact. Si je me souviens bien, j'avais participé à un concours du journal Spirou et avais été parmi les 50 gagnants qui recevaient un poster dédicacé par Peyo. L'équipe de Falatoff avait dû écrire à tous ces participants, afin de dénicher d'éventuels collaborateurs. Je fus un de ceux-là...
J'ai eu les honneurs de la couverture du premier numéro, avec une case extraite de "La Planète des Robots", histoire courte très influencée par Druillet qui venait de faire une entrée remarquée dans Pilote. Et je suis resté rouge de honte les semaines qui ont suivies, car j'avais fait deux énormes fautes d'ortographe dans le texte de cette case... Sceneario.com :Comment t'est venue l'envie de devenir auteur de bandes dessinées? Patrick A. Dumas : C'est une idée que j'ai sans doute eue très tôt, car, très jeune, j'interrogeais souvent mon entourage pour savoir comment étaient réalisés les illustrés que je lisais à longueur de journée [...]

Lire la suite ›