1984

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Éditions du Rocher

Genre :

Adaptation

Anticipation

Sortie :
ISBN : 9782268104690

Résumé de l'album 1984

Suite à une guerre nucléaire, le Parti et Big Brother règnent sur l'Océania. Winston Smith va prendre le risque de rentrer en résistance dans cette société totalitaire, en rencontrant Julia.

Par V. Degache, le 23/12/2020

Notre avis sur l'album 1984

2020 marque l’entrée dans le domaine public du livre culte du Britannique George Orwell, 1984, publié en 1949. Les éditions du Rocher sautent, comme plusieurs autres, sur l’occasion et proposent leur adaptation de cette fameuse dystopie.
Sybille Titeux de la Croix signe le scénario, Ameziane Hammouche (aka Amazing Ameziane) les dessins. Le duo a déjà été réuni pour le meilleur lors, entre autres, de L’atelier des gueules cassées (Marabout, 2018), Muhammad Ali (Le Lombard, 2015), ou Miss Davis (Le Rocher, 2020).

On retrouve bien sûr tous les ingrédients du livre initial, aujourd’hui entrés dans la culture populaire ! Big Brother, néo-langue, télécrans, 2+2=5, Minitrue, etc… sont repris par l’adaptation. Les auteurs font délibérément et clairement le choix du parallèle avec le totalitarisme soviétique, auquel Orwell a lui-même été confronté lors de la Guerre d’Espagne au sein du POUM.
Big Brother porte les moustaches de Staline, l’architecture et les affiches de propagande, auxquelles A. Hammouche accorde une importance toute particulière, évoquent cette période soviétique. Ainsi, des planches entières donnent la part belle à cette imagerie totalitaire, l’auteur se posant même en fin d’ouvrage en vexillologue d’Océania !

Le soin graphique accordé à l’adaptation apparaît dès la couverture représentant superbement un Big Brother inquiétant. L’influence cinématographique des séquences est une évidence. Le début de la BD est marqué par la verticalité de ces bâtiments futuristes à l’inspiration stalinienne, mais aussi par celle du pouvoir du Parti qui chapeaute en bon régime totalitaire tous les aspects de la vie des habitants et tente d’en modifier les esprits.
Le traitement du dessin lors de la découverte de l’appartement de Winston en plongée verticale renforce cette impression de surveillance constante, provoquant une sensation de vertige devant ces hommes et femmes écrasés par la main mise du régime policier jusque dans leur intimité.
La dominante bleu-beige des couleurs accroit cette atmosphère oppressante, froide et glaciale d’une société où la novlangue (la scénariste utilise le terme de « néo-langue » pour qualifier le « newspeak » d’Orwell, délaissant la traduction réductrice de Josée Kamoun en « néoparler ») limite même les champs de la pensée et de l’expression écrite et orale.

Le rythme de la narration est alerte, les scènes d’amour et de sexe sont ardentes tout autant que désespérées. L’utilisation d’ombres chinoises pour les corps dans une partie de celles-ci semble parfois quelque peu exagérées. Il faut dire que les choix graphiques pour camper les personnages principaux sont particulièrement réussis, arrivant à rendre ceux-ci attachants, tout en les laissant dans une certaine banalité comme simples rouages d’une machine totalitaire.

La dernière partie de l’ouvrage passe au noir et blanc, choix imparable et efficace pour cerner les tréfonds de l’âme humaine. On finit cette adaptation de 1984 avec l’envie de lire ou relire Orwell.

Le 1984 de S. Titeux de la Croix et A. Hammouche est une réussite narrative et graphique, restituant avec talent et force l’ouvrage magistral et glacial de Orwell.
De vrais choix d’auteurs évitent l’écueil de la simple « mise en image » d’un chef-d’œuvre littéraire.
La barre est haute pour les prochains qui tenteront l’adaptation !

Par , le

Nos interviews liées

Interview de AMEZIANE pour l'album LEGAL chez Casterman

Sceneario.com: Votre album rend compte d’un futur pas si éloigné de ce que l’on connaît aujourd’hui, vous y traitez de la légalisation du cannabis, même si c’est assez rapidement récupéré et instrumentalisé dans le récit. Néanmoins on sent bien que la fiction n’est pas si fictive qu’elle semble vouloir le montrer. Quelle est l’état des lieux aujourd’hui ? Cette légalisation est-elle une solution ou une chimère utopiste ? AMEZIANE: Pour moi le principal problème de la prohibition d'un produit aussi (voire moins) toxique que d'autres produits à fonction récréatif, c'est le double standard, l'hypocrisie autour du sujet. La société française a choisi l'alcool comme symbole culturel (ach... le vin français très bon, good good, faisons la tournée des vignobles goûtons cela sans modération et achetons une caisse [...]

Lire la suite ›

de Améziane et Corentin, auteurs de G.A.T. chez Nuclea²

SCENEARIO.COM: bonjour, la question obligée, pouvez vous vous présenter, présenter votre parcours professionnel, comment s'est fait votre arrivée dans le monde de la bd ?
Corentin:
Bonjour à tous, je m'appelle Corentin.
Pour résumer 30 années:
La BD a commencé pour moi comme presque tout le monde en France avec Pif Gadget, Placid & Muzo, Adèle Blanc-Sec, les shtroumpf, Spirou, Tintin, Boule & Bill, Asterix, (Goldorak) etc...

À 10 ans, sur la dernière étagère des toilettes, j'ai découvert Métal Hurlant, l'Écho des Savanes (et Spécial USA), Charlie, À Suivre…
L'idée que je me faisais de la BD explosa. La BD peut être autre chose qu'un simple divertissement. Je prend alors une grande décision: vivre du dessin.

Après des études de dessin tumultueuses durant lesquelles nous avons créé le Mégazine GOLGOTH avec quelques autres élèves, dont Ameziane ;) (voir question 2) et c'est lui qui finira de me faire découvrir les Mangakas [...]

Lire la suite ›